Test de QI, test psychométrique, bilan psychologique, bilan neuropsychologique

cerveau_mecanismes_loupe

Le Test de QI, kesako ? 

Aujourd’hui je vais tenter de répondre à une question récurrente ; qu’est-ce qu’un test de QI et dans quels cas doit-on y avoir recours ? 

Le test de QI a pour objectif d’évaluer votre mode de fonctionnement intellectuel.

Ce test se compose de différents types d’épreuves qui vont dresser une photographie à l’instant T de ce dit fonctionnement.

A quel moment s’intéresse-t-on au fonctionnement intellectuel d’un enfant, adolescent ou adulte ?

Tout simplement pour répondre à des questions telles que :

Mon enfant présente-t-il un mode de fonctionnement particulier ?

1.       Est-il surdoué ? De nos jours sont utilisés les termes ; « enfant HP » pour enfant à haut potentiel ou « enfant EIP » pour enfant intellectuellement précoce. Vous verrez aussi parfois apparaitre les terme surdouance ou précocité.

2.       A-t-il un retard intellectuel ou un problème particulier ? Le test de QI est une des premières portes d’entrée lorsque l’on se pose ces questions. En effet, il permet d’éliminer ou de confirmer certaines hypothèses telles qu’un trouble des apprentissages (dyslexie, dyspraxie, dysorthographie, dyscalculie, dysphasie, syndrome dysexécutif, tda ou tdah, …)

Définir une orientation scolaire (passage anticipé, CLIS, SEGPA).

Suis-je moi-même un adulte surdoué ?

J’aimerais mieux me connaître car j’ai un projet d’orientation professionnel.

Etc…

A chaque âge son test, la grande majorité des psychologues utilisent les tests suivants :

·       Le WPPSI pour les jeunes enfants de 2 ans et 6mois à 7 ans et 7mois

·       Le WISC pour enfants et adolescents de 6 ans à 16 ans et 11 mois

·       La WAIS pour adolescents et adultes de 17 ans à 79 ans et 11mois

 Pourquoi un test pour chaque groupe d’âge ? Parce que les résultats du patient sont « comparés » avec ceux de son groupe d’âge. On peut donc savoir où il se situe. Est-ce que les personnes de son âge ont des résultats supérieurs à ceux obtenus par un patient ou bien inférieur etc.

Le test de QI peut se faire dans le cadre d’un

·       bilan psychométrique (test de QI seul)

·       bilan psychologique (test de QI plus évaluation du profil psychologique du patient)

·       bilan neuropsychologique (test de QI plus évaluation du fonctionnement neuropsychologique du patient; l’attention, le langage, la mémoire, les fonctions sensorimotrices,…)

Le type de bilan proposé et sa composition exacte se feront en fonction des hypothèses émises au départ par le psychologue.

En conclusion sachez qu’un test de QI doit être obligatoirement mené par un psychologue habilité.

N’hésitez pas à m’envoyer vos propositions de thématiques pour les newsletters à venir.

Bonne journée !

Publicités

Alimentation et attention

supermarche

Bonjour à tous j’espère que la pause estivale a été profitable pour vous tous.

Après avoir longuement entendu parlé du lien entre alimentation et capacités attentionnelles beaucoup de parents m’ont posé la question suivante :  » Ok, mais maintenant que fait-on ? Quels aliments privilégier et quels sont ceux à bannir de notre caddie ? ».

Organiser une sortie collective à Carrefour n’est pas forcément l’idée la plus simple à mettre en place, vous en conviendrez…

Pour répondre à vos questions je vous propose une lecture très pratique qui j’en suis sûre vous aidera à faire vos courses de façon plus éclairée.

Il s’agit du livre « Le bon choix pour vos enfants » du collectif La Nutrition. Ce collectif est composé de diététiciens-nutritionnistes et de journalistes.  (plus d’infos en cliquant ici)

Les points forts de ce livre sont sa clarté et son côté pratique. Des tableaux comparatifs affichent des aliments que nous connaissons tous ( Prince de Lu, Ficello, Danette, sandwichs Daunat, ect) .

Les aliments sont classés en deux catégories. Ils se retrouvent soit dans la tableau à fond vert, et sont donc à privilégier soit dans un tableau à fond rouge, et sont donc à éviter.

Ces tableaux comparatifs sont organisés par rayons comme au supermarché, vous pourrez donc y retrouver des conseils par type d’aliments.

Le format vous permet de l’emporter avec vous pendant que vous faites vos courses et sélectionner vos achats à l’aide de ces tableaux.

Seul bémol on peut parfois juger certains avis trop conciliants. Pour ma part je ne suis pas d’accord avec leur avis concernant le Nutella…

Gardons donc à l’esprit qu’il ne s’agit pas d’une science exacte et comme disait Blaise Pascale; « Deux excès, exclure la raison, n’admettre que la raison ».

 

 

 

Pour ou contre les cahiers de vacances ?

Cahier de vacances ou pas ?

 

Pour ma part c’est plutôt oui et ce pour plusieurs raisons. Ils permettent de continuer un apprentissage initié pendant les mois précédents. Et comme vous le savez tous une des clés de l’apprentissage c’est la répétition. Cependant l’idée n’est pas de refaire exactement la même chose car cela risque d’entamer sérieusement la motivation de votre enfant. L’idée est de réviser mais dans d’autres conditions, avec une autre approche.

Pourquoi ne pas réviser en adoptant la stratégie du questionnement ? L’une des méthodes pédagogiques les plus efficaces d’après les nombreuses recherches sur le sujet. Pour rappel vous pouvez la retrouver dans la newsletter du 8 Septembre 2016 https://unepsypourvous.wordpress.com/newsletter/.

J’ai découvert un cahier de vacances qui répond à ces exigences ; réviser en étant actif, en répondant à des questions.

Il s’agit d’une collection des éditions Nathan, « l’énigme des vacances ». http://livre.fnac.com/a10452638/Michele-Bayar-Le-voleur-invisible

L’enfant est invité à lire une histoire puis à répondre à des questions à chaque fin de chapitre. Questions qui sont directement en lien avec des notions abordées pendant l’année dans le programme officiel.

L’autre avantage de cette approche est de rendre l’enfant actif pendant sa lecture. Il ne se contente pas de suivre un récit mais il est encouragé à être attentif à tous les détails de l’histoire, ce qui lui permettra de répondre aux questions posées.

Dernier avantage et non des moindre, l’enfant n’est jamais mis en échec, il peut retrouver la réponse aux questions posées dans le chapitre suivant. Ce qui l’encourage à continuer à progresser dans l’histoire.

Alors, à vos loupes afin de mener l’enquête !

Bonnes vacances à tous.

Comment faire travailler sa mémoire de…travail !

boite_noire

On entend souvent dire « j’ai une bonne » ou  » j’ai une mauvaise mémoire », voire même « j’ai une mémoire de poisson rouge » !

Mais saviez-vous qu’il existait plusieurs types de mémoires ? Les chercheures font notamment la distinction entre la mémoire à court terme (ou mémoire de travail) et la mémoire à long terme.

Leur dénomination vous permet de comprendre la distinction majeure entre les deux, à savoir que l’une permet de retenir pendant un lapse de temps court et l’autre pendant un lapse de temps plus long.

Arrêtons-nous sur la mémoire de travail. C’est elle qui nous permet de retenir un numéro de téléphone pendant quelques minutes le temps de le composer sur notre clavier par exemple.

Cette mémoire de travail joue un rôle très important dans les apprentissages scolaires. Il existe même un lien entre une mémoire de travail performante et la réussite scolaire.

Comment muscler cette mémoire de travail ? Certains jeux peuvent vous permettre de le faire de façon ludique et en famille.

Notamment le jeu « tip top clap » de Djéco. Un jeu amusant où il s’agit de retenir une liste d’actions dessinées sur des cartes mais également de les reproduire dans le bon ordre sans en oublier aucune.

Message à l’attention des adultes ; ce jeu nécessite une âme d’enfant encore intacte…  😉

http://recherche.fnac.com/SearchResult/ResultList.aspx?SCat=0%211&Search=TIP+TOP+CLAP&sft=1&sa=0

 

L’importance du petit déjeuner pour maintenir son attention à l’école

La newsletter d’aujourd’hui est en continuité avec celle du 10 Novembre 2016 dans laquelle j’abordais la thématique de l’attention et de la concentration.

Après la problématique des écrans, d’autres facteurs entrent en jeux pour garantir une capacité à se concentrer à l’école.

Il s’agit de l’alimentation…Faisons un point sur le petit-déjeuner, le repas roi en termes de concentration.

Le petit-déjeuner ne doit pas être négligé et il ne faut pas non plus tomber dans certains écueils notamment, ceux des petit-déjeuner surchargés en sucres rapides.

Ils donnent une impulsion pour démarrer la journée mais pas assez pour tenir toute la matinée…

Le taux de sucre dans le sang va monter très haut, très vite pour dégringoler tout aussi rapidement.

Les sucres lents vont avoir le mode de fonctionnement inverse, ils vont faire monter le taux de sucre progressivement et sur une plage horaire plus longue.

La chute est beaucoup plus progressive. Cela va impacter directement l’attention et la faculté de concentration en classe. L’enfant va disposer de ressources qui lui permettront de maintenir son attention plus facilement.

Avec une augmentation puis une chute rapide du taux de sucres dans le sang, la capacité à se concentrer va se déliter très rapidement dès le début de la matinée…

Privilégiez donc la bonne vieille tartine (de préférence aux céréales complètes) à l’ennemi du matin ; ce fameux bol de céréales qui est sensé transformer vos enfants en super-héros venus de l’espace.

Effectivement, avec autant de sucres, de colorants et d’additifs il va finir par être dans la lune !

bol_cereal

Travailler la gratitude chez l’enfant

Voltaire disait : “J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé.”

Décider de voir le verre à moitié plein est bon pour la santé.

Mais comment y parvenir, et surtout comment le mettre en place chez les plus jeunes. Comment les aider à mettre en place cette habitude, qui leur sera profitable tout au long de leur vie.

Dire merci pour les petites choses agréables du quotidien aide à se sentir plus heureux. Manifester de la gratitude aide à voir la vie plus belle.

Vous trouverez sur ce site de petites astuces à mettre en place pour aider les plus petits (et les plus grands) à manifester de la gratitude au quotidien.

https://octofun.org/activites/tous-les-octofun/ritualiser-la-gratitude/

Au fait, le verre est toujours à 100% plein. Il y a toujours quelque chose dedans, de l’air.

Donc, il n’est jamais vide ou à moitié vide.

 

 

Les étapes de la mémorisation

Nous voici arrivés à la dernière étape du processus d’apprentissage, à savoir la mémorisation.

La phase de mémorisation est elle-même composée de trois étapes :

  • l’encodage,
  • le stockage,
  • la récupération.

Mémoriser ne se limite pas uniquement à stocker ! D’ailleurs c’est l’importance de l’étape de récupération qui est souvent minimisé. Ce qui est vraiment préjudiciable car si celle-ci est prise en compte la mémorisation en est améliorée.

Comment faciliter la phase de récupération et dans le même temps la mémorisation ?

En mettant en place des indices qui permettent de récupérer l’information à stocker, la mémorisation est améliorée. C’est ce qui se passe lorsque l’on utilise un moyen mnémotechnique. L’indice (une référence que l’on connaît déjà, par exemple l’ordre des lettres dans l’alphabet) aide à retrouver l’information stockée (par exemple qui des trois détroits cités en exemple plus bas est le plus grand).

Pour aller plus loin voici un site qui référencie des centaines de moyens mnémotechniques en tous genres (n’hésitez pas à utiliser l’encart recherche en haut à droite pour sonder le contenu du site).

https://jeretiens.net/largeur-des-detroits-du-bosphore-des-dardanelles-et-de-gibraltar/

 

L’étape de compréhension dans le processus d’apprentissage

Après s’être intéressé à la première étape du processus d’apprentissage ( pour rappel les trois étapes sont ; l’analyse, la compréhension et la mémorisation) nous allons faire un zoom sur l’étape de compréhension.

La racine latine de ce terme signifie prendre avec soi « cum prehendere ». La compréhension signifie donc que l’apprenant assimile, traduit en ses mots propres pour en faire sien une connaissance. D’où le fait que l’on n’interprète pas tous de la même façon une seule et même situation.

Comment aider un apprenant à s’approprier une nouvelle connaissance ? Les images mentales qui nous viennent à l’esprit lorsque que l’on nous explique quelque chose peuvent être utiles et très efficaces dans le processus de compréhension.

D’où l’engouement aujourd’hui pour les cartes mentales. Mais avant d’en arriver aux cartes mentales, surtout chez les plus jeunes, il est possible de mettre en image ce que l’on sait grâce aux mots à dessins cités dans une précédente newsletter.

Cette technique est accessible au plus grand nombre et est rapide à mettre en œuvre.

Alors n’hésitez pas, après avoir visionné cette vidéo en cliquant ici, vous pouvez commencer à vous amuser !

 

L’étape d’analyse dans le processus d’apprentissage

Aujourd’hui je vous propose un petit zoom sur le processus d’apprentissage. Lorsque l’enfant ou l’adulte est en situation d’apprentissage il passe par différentes étapes :

  • l’analyse
  • la compréhension
  • la mémorisation

Tout d’abord vous aurez remarqué que la mémorisation et l’apprentissages sont deux choses bien distinctes. La mémorisation est la dernière étape du processus d’apprentissage. En aucun cas la mémorisation n’englobe ou ne remplace tout le processus d’apprentissage.

La première étape l’analyse est donc cruciale, mais comment s’y prendre ?

Voici résumé dans cette mindmap l’approche QQOQCP. Car pour analyser il faut se poser des questions, mais pas n’importe lesquelles…

QQOQCP.png

 

 

Les cartatoto nouvelle génération pour apprendre l’anglais, l’alphabet et découvrir les pays d’Europe

Dans ma toute première newsletter je citais un article scientifique dans lequel ont été compilés des centaines de recherches et qui faisait ressortir les meilleurs techniques à utiliser en situation d’apprentissage.

Parmi elles on retrouve l’auto-évaluation, mais comment la mettre en pratique au quotidien ?

Lorsqu’il s’agit d’apprendre les tables d’addition ou de multiplication vous pouvez utiliser les « Cartatoto ». Il s’agit de cartes sur lesquelles vous retrouverez l’addition à effectuer sur l’une des faces et la réponse sur l’autre.

L’enfant peut y jouer avec un adulte ou en totale autonomie. L’atout principal est qu’il est dans une situation plébiscitée par tous les pédagogues. En effet, il obtient un feedback immédiat.

Le concept de la « Cartatoto » a été élargi, on retrouve ces cartes également pour apprendre du vocabulaire en anglais, l’alphabet, découvrir les pays d’Europe, etc.

Le conseil que je donnerai aux parents et d’y jouer régulièrement et en étalant les sessions de jeux dans le temps.

La répétition et l’étalement dans le temps sont deux atouts majeurs pour apprendre et retenir sur le long terme.

https://www.amazon.fr/Jeu-110-cartes-Cartatoto-Multiplication/dp/B001HJLP84